Le pionnier des attractions interactives choisit Roland DG

Alterface   |   Mont-Saint-Guibert, Belgique

La société belge Alterface imagine et développe des cinémas interactifs et des Dark Rides avec des images 2D et 3D, des effets spéciaux, des chaises mobiles et des systèmes de tir. Avec une soixantaine d'attractions interactives dans le monde entier, Alterface est un des acteurs les plus réputés de son secteur. Pour produire ses masters et prototypes, elle utilise une machine de modélisation MDX-40A de Roland DG. La flexibilité, la vitesse et l'économie de coût en constituent pour elle les principaux atouts.

Société spin-off de l'Université Catholique de Louvain, Alterface a été créée en 2001 par Benoit Cornet. Après avoir commencé par concevoir des systèmes de présentation pour les musées, Alterface a rapidement recentré ses efforts sur les attractions interactives destinées aux parcs d'attraction, centres de divertissement, etc. Aujourd'hui, ces dernières sont essentiellement prisées par la Scandinavie et l'Asie, mais l'entreprise a aussi installé de nombreuses attractions populaires plus près de chez nous, notamment à Phantasialand (Allemagne), Bobbejaanland (Belgique) ou le Futuroscope (France).

"C'est en étroite collaboration avec le client que nous mettons au point une attraction spectaculaire mettant tous les sens en éveil. Les participants voient, entendent et ressentent l'aventure. Ils entendent par exemple une tempête et sentent le vent et la pluie sur leur peau. Les vibrations, la fumée et les effets spéciaux complètent l'expérience. Dans ce décor, ils jouent un jeu interactif dans lequel ils tirent avec un ‘gun' sur des écrans ou des objets physiques présents dans le décor. À la fin, la photo du vainqueur s'affiche à l'écran. Cela attise l'esprit de compétition et permet aux joueurs de vraiment s'impliquer dans le jeu", assure Benoit Cornet.

Les concepteurs, programmeurs, ingénieurs et techniciens d'Alterface conçoivent et mettent au point toute l'attraction selon les souhaits du client. Ils conçoivent notamment les ‘guns' (fusils) nécessaires pour participer au jeu. Pour produire les prototypes et les masters de ces guns, ils utilisent une machine de modélisation MDX-40A de Roland DG. Jean-Paul Grun, graphiste, explique : "Nous sommes constamment à la recherche de nouvelles possibilités. Auparavant, nous ne pouvions proposer à nos clients que quelques modèles de guns, parmi lesquels ils devaient faire leur choix. Aujourd'hui, notre offre est beaucoup plus étoffée et nous créons également de nouveaux guns à la demande de clients. Grâce à la MDX-40A, tester les nouveaux concepts et les modifier coûte beaucoup moins cher. Et cela va bien plus vite que lorsque nous devions tout faire à la main en MDF. Nous travaillons en outre avec un matériau plus durable. Nous créons ces prototypes pour pouvoir tester comment le fusil tient dans la main. Souvent, nous devons y apporter de légères adaptations. Avec la machine de modélisation, cela se fait de manière très rapide et précise".

www.alterface.com

(09-2012)